Ce site utilise des cookies. Veuillez accepter les cookies pour une utilisation optimale. Plus d'infos.

Ok

1900 - 1930

Au début des années 1900, les Trappistes de l’abbaye du Mont des Cats (Catsberg) quittent le Nord de la France et se réfugient à Watou. Ils s’installent dans la ferme ‘Patershof’ (parfois aussi appelée ‘Courtewyle’), à un jet de pierre de la brasserie actuelle. Ils rebaptisent l’endroit ‘Refuge de Notre-Dame de Saint-Bernard’. Un nouveau nom tout à fait de circonstance, car pour ces trappistes c’est bien d’un refuge qu’il s’agit. Ils ont en effet fui la France où on veut leur imposer une taxe sur le revenu, ce qui n’est pas encore le cas à l’époque en Belgique. Les religieux décident de fabriquer du fromage.

1930 - 1934

L’attitude en France envers les religieux s’est améliorée, et les moines de l’abbaye du Mont des Cats décident de retourner dans leur pays d’origine et de mettre un terme à leurs activités en Belgique. La fromagerie est reprise par Evariste Deconinck. Plus tard, le Refuge est vendu au CPAS de Bruges.

1934 - 1946

C’est pendant cette période qu’Evariste Deconinck développe la fromagerie en partant de l’actuelle maison d’hôtes ‘Brouwershuis’ sur le Trappistenweg. Le fromage est commercialisé sous les noms de marque ‘St. Bernard Watou’ et ‘Port Salut de Watou’.

1946 - 1992

Peu après la Seconde Guerre mondiale, Evariste Deconinck est approché par les Trappistes de West Vleteren pour produire sous licence et commercialiser leurs bières trappistes. Le premier contrat de licence est signé pour un terme de 30 ans. Le maître-brasseur polonais Mathieu Szafranski, accompagne le déménagement. Outre son savoir-faire, il apporte également dans ses bagages les recettes et la levure originale ‘St. Sixtus’. Une nouvelle brasserie est construite à côté de la fromagerie. En 1959, la fromagerie est vendue, à tout le moins l’installation proprement dite et le nom de marque, qui sont cédés à la laiterie St. Bertinus à Poperinge. Plus tard, celle-ci sera intégrée dans le groupe Evlapo. En 1986, les activités sont reprises par Belgomilk. Au début des années soixante, Guy Claus, le mari de Bernadette Deconinck (fille d’Evariste), rejoint la brasserie et négocie un renouvellement du contrat de licence avec l’abbaye de West Vleteren. Le nouveau contrat est conclu en 1962 pour un nouveau terme de 30 ans, soit jusqu’en 1992.

1992 - 1998

Le contrat prend définitivement fin en 1992, quand les brasseries Trappistes décident de ne plus octroyer l’appellation ‘Authentic Trappist Beer’ qu’à des bières brassées au sein d’une abbaye. À partir de cette date, les bières sont vendues sous le nom de marque ‘St.Bernardus’. Ces années sont surtout marquées par de l’incertitude et des difficultés à lancer les activités de la brasserie sous un nouveau nom de marque.

1998 - 2018

En 1998, la brasserie est reprise par Hans Depypere, qui lentement mais sûrement la remet sur les rails. Sous sa houlette, les ventes de la brasserie sont passées en vingt ans de 2 000 hectolitres à près de 40 000 hectolitres (2017). Cette progression est le fruit d’investissements conséquents, qui se sont temporairement terminés par l’inauguration d’une toute nouvelle aile en 2018. Cette aile abrite des entrepôts supplémentaires, une nouvelle boutique de la brasserie, des salles de fêtes, de congrès et de séminaires, un nouvel espace de réception pour les visites guidées de la brasserie et, cerise sur le gâteau, une impressionnante terrasse de toit panoramique (360°) avec bar et espace de dégustation, baptisés très à propos ‘Bar Bernard’.